Être le premier, être original, être innovant

Être le premier, être original, être innovant

8 février 2019 0 Par Barbara

Il y a une distinction souvent manquée entre être le premier, être original et être innovant. Pour déterminer que quelqu’un (ou quelque chose) a été le premier, nous devons appliquer un test temporel. Il devrait répondre à au moins trois questions: qu’est-ce qui a été fait, exactement et quand cela a-t-il déjà été fait?
Pour déterminer si quelqu’un (ou quelque chose) est original, un test de substance doit être appliqué. Il devrait au moins répondre aux questions suivantes: qu’est-ce qui a été fait, exactement et si cela a déjà été fait?

Pour déterminer si quelqu’un (ou quelque chose) est innovant, un test pratique doit être appliqué. Il devrait au moins répondre aux questions suivantes: qu’est-ce qui a été fait exactement, de quelle manière et comment cela a été fait exactement de la même manière.

L’examen des tests ci-dessus nous amène à deux conclusions:

  • 1 Être premier et original est plus étroitement lié que d’être premier et novateur ou que d’être original et novateur. Les tests appliqués pour déterminer la “primauté” et l’originalité sont les mêmes.
  • 2 Bien que les tests soient les mêmes, l’accent n’est pas. Pour déterminer si quelqu’un ou quelque chose est une première, nous demandons principalement “quand”, alors que pour déterminer l’originalité, nous demandons principalement “quoi”.

L’innovation contribue à la conservation des ressources et donc à l’acte délicat de la survie humaine. Être premier démontre la faisabilité (“c’est possible”). En étant original, on explique ce qui est nécessaire ou possible. Et en innovant, l’aspect pratique est révélé: comment faut-il le faire?

La société accorde un statut à ces éclaireurs et leur confère d’autres avantages tangibles et intangibles – principalement ceux qui les ont initiés et ceux qui les ont innovés. Les premiers sont souvent ignorés car ils n’ouvrent pas directement un nouveau chemin. ils démontrent simplement qu’un tel chemin est là. Les initiateurs et les innovateurs sont ceux qui découvrent, exposent, inventent, assemblent ou verbalisent quelque chose de manière à permettre aux autres de répéter l’exploit (vraiment de reconstruire le processus) avec un investissement moindre en efforts et en ressources.

Il est possible d’être Premier et de ne pas être Original.

En effet, être le premier dépend du contexte. Par exemple: si j’avais voyagé dans une tribu des forêts amazoniennes et leur ai cité un discours de Kennedy – j’aurais difficilement été original, mais j’aurais certainement été le premier à le faire dans ce contexte (de cette tribu à cette époque). moment donné). Les vulgarisateurs de la science moderne et les missionnaires religieux sont tous les premiers à agir, mais ils ne sont pas originaux. C’est leur public qui détermine leur primauté et leur histoire qui prouve leur (manque de) originalité.

Nous sommes nombreux à réinventer la roue.

Il est humainement impossible de prendre conscience de tout ce qui a été écrit et fait par d’autres avant nous. Ignorant le fait que nous ne sommes pas les premiers, ni originaux, ni novateurs, nous déposons des demandes de brevet, faisons des “découvertes” scientifiques, exploitons (ce n’est pas le cas) de “nouveaux” thèmes artistiques.
La société peut nous juger différemment de ce que nous nous percevons, moins original et novateur. D’où peut-être le syndrome du “génie incompris”. Certes, les choses sont plus faciles pour ceux d’entre nous qui utilisons les mots comme matière première: il y a tellement de permutations que la probabilité de ne pas être le premier ou novateur avec les mots est minuscule. D’où les lois sur le droit d’auteur.
Cependant, puisque l’originalité est mesurée par la substance du contenu créé (idée), les chances d’être original aussi bien que d’abord sont minces. Tout au plus, nous finissons par reformuler ou reformuler des idées anciennes. La situation est pire (et les tests plus rigoureux) en ce qui concerne les domaines non verbaux de l’activité humaine, comme peut le prouver tout demandeur de brevet.

Mais alors c’est sûrement trop grave!

Ne sommes-nous pas tous sur les épaules de géants? Peut-on être original, d’abord, même innovant sans assimiler l’expérience des générations passées? L’innovation peut-elle se produire dans le vide, de manière discontinue et perturbatrice? La continuité intellectuelle n’est-elle pas un préalable?
Certes, un scientifique innove, explore et découvre sur la base d’une sélection (limitée et quelque peu aléatoire) d’explorations et de recherches antérieures. Il utilise même des équipements – pour mesurer et exécuter d’autres fonctions – inventés par ses prédécesseurs. Mais progrès et progrès sont concevables sans accès aux trésors du passé. Encore une fois, le concept même de progrès implique une comparaison avec le passé. Mais la langue, dans ce cas, défie la réalité. Certaines innovations viennent “à l’improviste” sans aucun “prédécesseur”.
Les révolutions scientifiques ne sont pas des processus évolutifs sans heurt (même l’évolution biologique n’est plus considérée comme une affaire sans heurt). Ce sont des transitions de phase, des changements paradigmatiques, des sauts, des allers et retours plutôt que des syllogismes qui se déroulent de manière ordonnée (Kuhn: “La structure des révolutions scientifiques”).